Espace Client

La réduction Fillon version 2016

Toute l'actualité Sociale

Vente à soi-même de titres dans un PEA

Toute l'actualité Fiscale

Assemblée générale : respectez les statuts !

Toute l'actualité Juridique
conseil

Espace Conseil

Fiscalité appliquée à la prestation compensatoire - 17 juin 2015

Depuis le prononcé de mon divorce en juin 2013, je perçois de la part de mon ex-époux une prestation compensatoire sous la forme d'une rente. Fiscalement, je dois la déclarer à l'impôt sur le revenu. Mon avocat m'a informé que le versement de cette prestation compensatoire sous la forme d'un capital m'aurait permis d'être exonérée d'impôt sur ces sommes. Est-il prévu de « gommer » cette différence de traitement ?

Le dispositif de la prestation compensatoire en matière de divorce privilégie les versements sous la forme d'un capital. En effet, dans ce cas, l'ex-époux qui la verse bénéficie d'une réduction d'impôt et celui qui la perçoit n'a pas à la déclarer au titre de l'impôt sur le revenu.

Toutefois, si la situation patrimoniale de l'ex-époux ne lui permet pas de verser un capital, le juge peut l'autoriser à satisfaire à son obligation sous la forme d'une rente. Compte tenu de son caractère alimentaire, les sommes versées ouvrent droit à une déduction du revenu imposable de l'ex-époux débiteur mais sont, cette fois, imposables au nom du bénéficiaire qui doit donc les déclarer.

Ainsi, l'obligation de déclarer fiscalement ou non la prestation compensatoire ne repose que sur la situation financière de l'ex-conjoint « redevable » et donc de la nature (capital ou rente) de la prestation compensatoire.

Les pouvoirs publics sont conscients de cette différence de traitement mais ne souhaitent pas pour autant procéder à une modification du régime d'imposition des prestations compensatoires versées sous forme de rente. Car cela risquerait d'aller à l'encontre de leur objectif d'encourager les règlements en capital.

Néanmoins, si vous estimez que ce traitement fiscal vous est globalement défavorable, vous avez toujours la possibilité de demander au juge une révision, une suspension voire une suppression de la prestation compensatoire.