Espace Client

Contributions sociales et seuils d'effectif

Toute l'actualité Sociale

Compétences des CFE des chambres d'agriculture

Toute l'actualité Fiscale

Le taux de l'intérêt légal pour le premier semestre 2016 est fixé

Toute l'actualité Juridique
conseil

Espace Conseil

Projets collaboratifs numériques : les bonnes pratiques du CIGREF - 05 novembre 2015

Pour les grandes entreprises comme pour les plus petites, les projets collaboratifs inter-entreprises sont une source de création de valeur. Fort de ce constat, le CIGREF publie un rapport dans lequel il présente des pistes pour mieux cadrer et organiser ces projets.

Pour faire la course en tête ou simplement mieux résister à la concurrence qu'impose un monde globalisé et totalement accessible via le digital, le recours à des collaborations inter-entreprises est de plus en plus fréquent. Ponctuelles ou durables, elles réunissent des structures de toutes tailles, proches ou distantes, qui partagent des intérêts communs dans la mise en œuvre d'un projet numérique. Une problématique importante, notamment en raison de ses impacts positifs sur l'innovation, qui a conduit le CIGREF (association regroupant les DSI des grands groupes français) à élaborer un rapport. « L'ambition de ce premier document a été de recueillir quelques recommandations issues des expériences menées dans les grandes entreprises avec leurs partenaires, que ceux-ci soient des grandes organisations ou bien des structures plus petites », explique Vincent Dériot, DSI de Neopost et pilote du groupe de travail chargé de l'étude.

Les accords de consortium

Outre définir le périmètre des projets collaboratifs inter-entreprises (éléments, clés, objectifs, démarche) et décrire différentes formes de collaboration (consortium, création d'un « labs », relations start-up/grands groupes), le rapport s'intéresse à la problématique de la propriété intellectuelle (PI). Véhicule juridique de la valorisation financière des projets numériques, la propriété intellectuelle est trop souvent une source de difficulté et de conflit dans les collaborations inter-entreprises. Pour limiter cette approche contre-productive et faire en sorte qu'au contraire, la PI apparaisse comme un facteur de succès, le CIGREF liste une quinzaine de « bonnes pratiques » permettant d'aboutir à des accords juridiquement viables définissant, notamment, les droits et obligations de chacun, les modalités d'entrée au contrat ou de sortie d'un partenaire ou encore la législation applicable en cas de conflit.

Le rapport est librement téléchargeable sur le site du CIGREF (www.cigref.fr).